FR    EN
05-11-2017

Travailleurs domestiques et de soin migrants

Le 17 octobre 2017, la Plate-forme pour la coopération internationale sur les sans-papiers (PICUM) a organisé au Parlement européen une table ronde sur le travail domestique et de soins des migrants.

Reconnaissant que dans toute l'Europe les chiffres démontrent la prévalence des migrants, en majorité des femmes, dans le secteur et leur vulnérabilité à l'exploitation, PICUM souhaite ouvrir une discussion au niveau européen sur ces problèmes et les solutions permettant d'assurer de meilleures conditions pour l'ensemble des travailleurs. 

Des actions sont d'autant plus urgentes que la demande actuelle et croissante pour le travail domestique et de soins créera environ 2,8 millions d'emplois d'ici 2025 et le risque est élevé de voir ces besoins satisfaits par l'exploitation de travailleurs migrants.

L'événement a réuni des décideurs politiques, des représentants des employeurs, des syndicats et d'autres experts de la société civile. Parmi les recommandations discutées comme étant nécessaire pour atteindre à la fois un travail décent pour les travailleurs, et des services de qualité et abordables pour les individus et leurs familles, l'on peut citer :

- La nécessité de s'appuyer sur une approche factuelle du problème en adoptant le point de vue du marché du travail et oeuvrer à la reconnaissance de la valeur des soins et du travail domestique dans nos sociétés. 

- Mettre en oeuvre une législation qui permette aux personne de venir légalement fournir des SAP en Europe ainsi que des mécanismes de régularisation des migrants déjà occupés dans le secteur.

- Investir dans les soins et le travail domestique afin de garantir l'accès à ces services à un prix abordable pour les utilisateurs, tout en assumant le coût réel de ces services. 

- Veiller à ce que toutes les normes du droit social s'appliquent au secteur domestique et aux soins (y compris la santé et la sécurité, l'accès à la protection sociale, le droit à la non-discrimination et à l'égalité de traitement) indépendamment de la résidence ou du statut de migrant du travailleur.