FR    EN
07-02-2020

L'EFSI présente à Zagreb pour discuter de la participation des femmes au marché du travail

Les 30 et 31 janvier, la Présidence croate du Conseil de l'UE a organisé à Zagreb une conférence de haut niveau sur l'égalité des genres, intitulée "La participation des femmes au marché du travail - un avantage pour la société !".

L'égalité des genres a été identifiée comme l'une des principales priorités de la Présidence croate, notamment en ce qui concerne la participation des femmes au marché du travail et l'évaluation des raisons de leur inactivité économique. 

Cet événement de deux jours a été organisé en quatre panels et a réuni des autorités publiques, tant nationales qu'européennes, des chercheurs et des universitaires, des partenaires sociaux et des représentants de la société civile.

  • Le premier panel s'est penché sur les futures tendances en matière d'emploi dans une perspective de genre : les intervenants ont souligné les défis tels que la ségrégation professionnelle entre les genres et l'écart de rémunération qui en découle ; la disponibilité et l'accessibilité financière des services de soins ; la précarité et le faible niveau de qualification, en particulier dans les secteurs à hautement féminisés.
  • Le deuxième panel a examiné la situation des femmes occupant des emplois atypiques, situations qui peuvent entraîner une imprévisibilité des conditions de travail. Dans ce contexte, il a été souligné que le travail atypique - tel que le travail indépendant - est souvent un choix forcé pour les femmes, pour leur permettre de combiner travail et responsabilités familiales. En conséquence, le panel a discuté du droit des travailleurs atypiques à l'égalité de traitement, y compris l'accès à la protection sociale et à la formation.
  • Le troisième panel s'est concentré plus spécifiquement sur les soins de longue durée et leur impact sur l'emploi des femmes, et ce, avant l'adoption par le Conseil de l'UE de conclusions sur le sujet. Dans l'ensemble, les intervenants ont reconnu que les services de soins informels sont principalement fournis par les femmes et qu'il est impératif de garantir l'accès et le caractère abordable de ces services, d'une part, et un emploi de qualité, d'autre part. Les orateurs se sont également accordé sur la nécessité de sensibiliser davantage le grand public et d'accroître les financements publics destinés au secteur. Enfin, les panélistes ont suggéré de définir des indicateurs de soins de longue durée. L'EFSI est intervenue et a souligné qu'une approche plus large incluant les services domestiques était nécessaire afin d'accroître l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée des aidants, de rééquilibrer la prise en charge des tâches familiales entre partenaires et de favoriser l'emploi des femmes. Cela impliquerait également d'étendre le champ d'application du paquet WLB aux services domestiques. En outre, en réponse à une intervention selon laquelle "lorsque l'État autorise le secteur privé à intervenir {dans le secteur domestique et de soins}, les normes se détériorent", l'EFSI a plaidé pour une approche plus large et plus flexible, respectant tous les différents modèles d'emplois et acteurs du secteur dans l'ensemble des pays de l'UE. 
  • Enfin, le dernier panel était dédié à la violence et le harcèlement sur le lieu de travail. À cet égard, la convention 190 de l'OIT a été présentée.